Croissance à deux chiffres des résultats des transformateurs chinois

L’année 2021 a été très positive pour le secteur laitier chinois, après une année 2020 perturbée par le Covid. Les deux transformateurs leaders, Yili et Mengniu, ont affiché des chiffres d’affaires et surtout des bénéfices en forte hausse (respectivement +23% et +43%). Ils creusent ainsi l’écart année après année avec leurs concurrents, menant à une concentration importante de la transformation laitière en Chine. Ces deux entreprises représentent déjà 48 % des parts de marché du lait et des boissons lactées et 54 % des produits fermentés.

Présenté par Jean-Marc Chaumet (CNIEL) lors de la conférence des Marchés Mondiaux de l’Idele.

Leur chiffre d’affaire, centré sur le marché chinois, leur permet de se classer parmi les 10 premiers transformateurs mondiaux : Yili apparait en effet au 5ème rang mondial tandis que Mengniu arrive à la 9ème place des entreprises mondiales de transformation laitière selon le classement de Rabobank pour 2021.

La Covid-19 continue de mettre à mal le marché chinois

Face à la Covid-19, le gouvernement chinois a imposé un confinement strict à des millions de Chinois pour enrayer coûte que coûte l’épidémie. Les conséquences de la pandémie et de ces mesures ont des impacts majeurs sur toute l’économie du pays, en particulier sur le marché du porc.

Le président chinois Xi Jinping s’est engagé dans une politique « 0 Covid » en Chine, et pour répondre à la recrudescence des cas dans la ville de Shanghai, de nombreux quartiers ont été placés sous confinement fin mars pendant une durée indéterminée. Des mesures de confinement plus ou moins strictes touchent près de 26 millions de Chinois habitant dans le cœur économique de la Chine. Elles se sont déployées selon trois statuts : un confinement strict avec interdiction de sortie du logement, un confinement contrôlé avec la possibilité de sortir dans l’enceinte des résidences, et un confinement plus souple avec l’autorisation de se déplacer dans un périmètre et une durée limitée.

De telles dispositions au sein du centre financier, manufacturier et maritime de la Chine ont inévitablement entraîné des répercussions majeures sur l’économie du pays, et plus particulièrement sur le marché du porc. Les impacts touchent le commerce et les approvisionnements en porc, la demande des consommateurs chinois, engendrant une inflation dans le pays.

Perturbations logistiques majeures et limitation des approvisionnements

Pour de nombreux acteurs du commerce, Shanghai constitue un emplacement idéal pour réceptionner puis redistribuer les produits issus de l’importation dans tout le pays. Le blocage d’un des plus grands ports chinois pendant de nombreuses semaines a irrémédiablement entrainé des perturbations conséquentes dans le secteur des logistiques maritime et terrestre et dans les approvisionnements en divers produits, dont des produits du porc. Face au manque de personnel, confiné dans leur logement, la prise en charge des flux de marchandises arrivant à Shanghai a enregistré beaucoup de retard, et a provoqué un engorgement massif des navires dans le port. Au-delà des retards liés au personnel, l’obligation de tests de dépistage à la Covid-19 sur les denrées importées n’a fait qu’aggraver cette situation. Dès le 1er avril, les produits alimentaires réfrigérés ou congelés devaient obligatoirement subir des inspections dans le but de garantir l’absence de Covid. Le temps de réalisation et de traitement des tests a été générateur de retards bloquant des centaines de navires en amont du fleuve Yangtze.

Carte du trafic maritime autour du port de Shanghai
Source : Marine Traffic, les points ronds symbolisent les navires à l’ancre

Une fois les produits déchargés, les acteurs du commerce se sont aussi retrouvés confrontés au manque de chauffeurs routiers pour acheminer les marchandises dans tout le pays bloquant là aussi la chaine logistique.

Les importations en produits du porc (viandes et abats), qui étaient déjà en perte de vitesse, ont de ce fait de nouveau été limitées. Au premier trimestre, les importations en porc de la Chine se sont repliées de près de -58% par rapport à 2021, et le bilan pourrait s’alourdir au second trimestre. La prévision des experts de l’USDA réalisée en avril dernier envisageait une baisse des importations en porc de -19% en 2022 par rapport à 2021, ce chiffre pourrait dorénavant être dégradé.

Une demande mise sous cloche

Le marché chinois s’est donc retrouvé face à des approvisionnements en porc limités, à la suite des perturbations logistiques, mais l’affaiblissement de la consommation a permis de limiter la hausse des prix du porc. En effet, l’instauration d’un confinement strict pour des millions de personnes a restreint la consommation des produits du porc, en particulier issus des importations. Les prévisions de l’USDA qui estimaient une croissance de la consommation de porc de l’ordre de 5,2% en 2022 par rapport à 2021, pourraient être revues à la baisse.

 A Shanghai, les livraisons pour les quartiers strictement confinés ont été interdites. Les Chinois confinés chez eux comptaient ainsi sur les paniers alimentaires du gouvernement, gratuits mais à contenus variables, et ne contenant pas de viandes importées. Dans les autres quartiers, les courses en magasin n’étaient autorisées pour certaines zones seulement et sous limitation de fréquence et de durée d’achat. La situation épidémique a pu favoriser l’utilisation du e-commerce, déjà inscrit dans les habitudes des consommateurs chinois, mais les disponibilités en divers produits restaient limitées.

Les freins à la consommation se sont aussi illustrés aussi dans d’autres villes en Chine, toujours en lien avec la mise en place de mesures pour limiter la propagation de la Covid-19. A Pékin, à partir du 1er mai, et ce pendant une durée indéterminée, les restaurants ne pourront accueillir leurs clients sur place. Les traiteurs et restaurateurs tentent de s’adapter à ces dispositions en installant des stands et étals dans la rue. Certains grands noms de la restauration se sont prêtés au jeu, comme le leader de la cuisine du Sichuan en Chine Meizhou Dongpo, ou encore des chaines de restauration rapide. Cependant, les acteurs de la restauration confirment que l’installation de ces étals ne suffira pas à compenser les baisses de consommation et de fréquentation. L’impact économique lié à l’interdiction d’accueillir des clients à table est majeur, d’autant plus que ce secteur souffre des conséquences du Covid-19 depuis maintenant plus de deux ans. A plus long terme, certains économistes alertent sur le fait que la demande en produits du porc pourrait rester morose en raison des incertitudes économiques futures.

L’économie chinoise touchée par l’inflation

Les différents problèmes d’approvisionnement et de logistique entrainent in fine une accélération de l’inflation en Chine. En avril, les prix à la consommation ont bondi à 2,1% par rapport à l’an dernier, contre +1,5% en mars. Les chiffres du mois de mai devraient être encore plus forts. La légère reprise des cours du porc a joué dans ce mouvement inflationniste, compte tenu de l’importance du porc dans l’économie chinoise. En mai, le prix du porc a enregistré une hausse de près de 12% par rapport au mois dernier.

La hausse des coûts de transport et d’approvisionnement pour les industriels chinois est à l’origine de l’accélération de l’inflation. Ces derniers ont répercuté les surcoûts en aval de la filière, sur les prix à la consommation. L’amélioration de la situation sanitaire qui se dessine fin mai laisse entrevoir de meilleurs horizons commerciaux et économiques, mais la Chine devra de nouveau se relever de ces nombreuses perturbations. Pour ce faire, la Banque centrale chinoise et le gouvernement ont annoncé la mise en œuvre de diverses mesures pour soutenir la croissance. Les entreprises de la filière porcine affectées depuis 2018 par des crises économiques majeures attendent ardemment ces soutiens.

L’importance de l’accord négocié entre la Chine et la France est ravivé

La pression sanitaire liée à l’épidémie de fièvre porcine africaine s’accentue le long de la frontière française, avec la découverte de porcs contaminés dans un élevage allemand à moins de 7 km de la France. Un accord de régionalisation avec les autorités chinoises avait été conclu fin 2021. Il garantit aux acteurs de la filière porcine la non-imposition d’un embargo total sur les produits porcins destinés à l’export vers la Chine si un cas de FPA était retrouvé en France.

La route vers l’autosuffisance ?

« Les bols de riz du peuple chinois doivent être remplis de céréales chinoises » annonçait le président XI Jinping le 5 mars 2022. Le 14ème plan quinquennal est porté vers l’autosuffisance. La Chine doit nourrir 20% de la population mondiale avec seulement 7% des terres arables mondiales. D’ici 2035, l’urbanisation pourrait progresser de 70%. Les objectifs du plan sont de sécuriser l’approvisionnement alimentaire international, dépendant des conflits actuels, et d’augmenter la production nationale en modernisant la production. Par exemple en 2021, la culture nationale de soja répondait à seulement 10% de la consommation nationale.  

14ème plan quinquennal : des interrogations sur les productions animales

Le 14ème plan quinquennal pour les productions animales affiche des objectifs relativement conservateurs pour la période 2021-2025 avec un objectif minimal de 89 millions de téc de viandes produites en 2025. Si ce chiffre peut apparaître comme une forte augmentation par rapport aux 76,4 téc enregistré en 2020, il n’est cependant que légèrement supérieur au pic de production de viande de la Chine en 2014. Ce chiffre sous-entendrait une stagnation de la production de viande en 10 ans. Les auteurs du document s’inquiètent de l’approvisionnement en maïs et autres céréales fourragères ainsi que de la dépendance à l’égard des importations de soja et de luzerne.

Ainsi, alors que la production de viande porcine aurait atteint près de 53 millions de tonnes en 2021 (+28%/2020) selon les statistiques chinoises, le plan mentionne une production de 55 millions de tonnes en 2025, soit moins que pendant la période 2013-2015 (moyenne de 57 millions de tonnes). L’orientation est la même pour la viande bovine. Alors qu’en 2021, le ministère de l’agriculture prévoyait que la production de bœuf atteindrait 8 millions de téc d’ici 2030, l’objectif du nouveau plan pour la production de bœuf est de 6,8 millions de téc au minimum d’ici 2025, soit moins que la production annoncée en 2021 (6,9 millions de téc)…

D’un autre côté, un paragraphe du plan quinquennal est consacré aux « aliments du futur » et mentionne notamment la viande de culture cellulaire et la protéine recombinante… La présence de ces produits dans ce document signifie que des efforts de recherche seront entrepris pour développer ces nouveaux aliments.

Dans un discours en mars, le président Xi Jinping a mentionné qu’« outre les productions traditionnelles issues du bétail et de l’aviculture, nous devrions étendre l’utilisation des ressources biologiques. En développant les sciences biologiques, la biotechnologie et les bio-industries, nous pouvons obtenir des calories et des protéines à partir de plantes, d’animaux et de micro-organismes. » Le président chinois est l’un des rares dirigeants dans le monde à avoir publiquement adopté les protéines alternatives comme une priorité stratégique importante pour le développement.

Dans sa quête d’une sécurité alimentaire rimant avec la plus grande autosuffisance possible, la Chine semble donc miser non seulement sur les OGM mais également sur les aliments synthétiques.

Le déficit commercial agricole chinois atteint un nouveau record

En 2021, les importations agricoles et agroalimentaires chinoises ont fortement progressé pour atteindre près de 220 milliards de dollars (+29%/2020). Cette accélération des importations s’explique d’une part par l’augmentation des importations de grains, accentuée par la hausse des prix sur le marché international.

Les achats de maïs ont été multiplié par 2,5 en volume, à 28 millions de tonnes, mais par 3,2 en valeur, pour dépasser les 8 milliards de dollars. Les importations de sorgo ont doublé et celles d’orge ont progressé de 50%. Si les importations de soja ont reculé de 3% en volume, leur valeur a bondi de 35%, à 53 milliards de dollars.

L’autre facteur à prendre en compte est l’accord commercial sino-étatsunien signé en janvier 2020 qui engageait la Chine à acheter 36,5 milliards de dollars de produits agricoles et alimentaire étatsuniens en 2020 et 43,5 milliards en 2021. Après avoir largement raté l’objectif en 2020 (23,7 milliards de dollars), la Chine a fortement augmenté des achats en provenance des Etats-Unis en 2021, 38,9 milliards de dollars. Alors que les exportations chinoises n’ont progressé que de 11% en valeur, le déficit commercial agricole chinois a donc atteint le record historique de 135 milliards de dollars.

Matières premières : la Chine également impactée par le conflit ukrainien

La guerre déclenchée par la Russie contre l’Ukraine le 24  février a désorganisé les marchés des grains et les échanges mondiaux. La Chine est aussi impactée par ce contexte géopolitique, tant au niveau de ses approvisionnements en grains que sur les prix sur son marché national. 

Impacts directs du conflit russo-ukrainien

L’Ukraine et la Russie sont deux grands producteurs et exportateurs de matières premières agricoles notamment de blé, de maïs et de tournesol. Depuis l’éclatement du conflit les opposant, les exportations par voie maritime sont à l’arrêt. Certaines marchandises transitent encore par voie terrestre, mais ce moyen est bien plus cher que par voie maritime. Le commerce par la mer d’Azov et la mer Noire ne reprendra pas dans les prochains mois, en cause la destruction des infrastructures portuaires et le minage de l’espace maritime.

En 2021, l’Ukraine avait exporté 24,6 Mt de maïs dont 32% étaient destinés à la Chine. Au sein des importations chinoises, l’Ukraine représentait, en 2021, 30% des origines d’importation. La dépendance au maïs ukrainien est notable, aujourd’hui la Chine doit se tourner vers d’autres fournisseurs comme les Etats-Unis et le Brésil. Fin avril, elle a d’ailleurs encore acheté 1,35 Mt de maïs dont 735 000 t de l’ancienne récolte. En 2021, la Chine aura importé 28,39 Mt de maïs.

La dépendance chinoise aux matières ukrainiennes se porte aussi sur le tourteau de tournesol. L’Ukraine est le principal producteur de tourteau de tournesol HighPro (plus riche en protéine) et fournit plus de la moitié du marché mondial. En 2021, elle a expédié 2 Mt à la Chine, soit 32% de ses exportations totales et 88% des importation chinoises de tourteau de tournesol. Les origines alternatives pourraient être l’Argentine ou l’Union européenne mais avec un coup logistique beaucoup plus important.

Des prix records pour le maïs et le soja

Depuis plusieurs mois, les prix du maïs et du tourteau de soja ne cessent de croitre. Cette dynamique est d’une part due à des fondamentaux tendus, les récoltes nationales et mondiales n’ont pas été au rendez-vous et les cours, fortement soutenus par l’importation, atteignent des niveaux records. D’autre part, le contexte géopolitique favorise l’incertitude et la volatilité des prix.

Sur un an, le prix de l’aliment pour porc à l’engraissement a augmenté de 8%, impactant directement les coûts de production des élevages chinois. Ce surcoût ne pourra être absorbé par toutes les structures, d’autant plus que cette dynamique semble s’intégrer dans le temps. Les petites structures souffriront le plus de cette situation.

Le retour du covid

Les cas de Covid positif se multiplient en Chine, impactant directement le commerce. En effet, avec la politique zéro-covid, plusieurs grandes villes ont été remises sous cloche. C’est notamment le cas de Shangaï et de son port. Les bateaux, vraquiers et porte-conteneurs, s’accumulent à l’entrée du port, cet engorgement limite la disponibilité en fret pour le commerce international et fait de nouveau flamber le prix du fret et les délais de livraison. La désorganisation des échanges internationaux pourra perdurer un certain temps et impacter directement l’économie chinoise et les prix des aliments du bétail et des matières premières.

COFCO s’étend au Brésil

COFCO, la plus grande entreprise publique agroalimentaire chinoise, a remporté un bail de 25 ans sur le port brésilien de Santos dans l’état de Sao Paulo. De 3 Mt, la capacité portuaire pourrait atteindre 14 Mt grâce à ce nouveau terminal, augmentant les exportations du Brésil. Cet emplacement stratégique chez le plus grand producteur mondial de soja renforce un peu plus la présence chinoise dans cette zone du globe et son importance dans les échanges internationaux.

Record atteint pour le tourteau de soja

Après les records atteints en mars pour le tourteau de soja, les premières semaines d’avril confirment cette tendance avec un tourteau à 750 $/t sur le marché national. On observe la même chose pour le prix national du maïs à 463 $/t. Même si l’attaché de l’USDA en Chine revoit à la baisse l’estimation d’importation pour la campagne en cours, fin avril, la Chine a encore acheté 1,35Mt de maïs étasunien dont 735 kt sur l’ancienne récolte.

Dépendance au maïs ukrainien

La Chine est encore présente sur le marché de l’import. En février 2022, 1,9 Mt de maïs ont été importées, soit 8% de plus qu’en février 2021. 50% de ces imports proviennent d’Ukraine. Avec la guerre entre la Russie et l’Ukraine, les exportations ont été stoppées et la Chine devra trouver une nouvelle origine pour pallier ses stocks nationaux faibles liés à la mauvaise récolte de 2021. Les Etats Unis pourraient être les grands gagnants, aujourd’hui déjà 2e origine exportatrice vers la Chine.

© ABCIS 2022 Mentions légales